Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par VILLEVERTE

Contournement Ouest de Nimes
John Doe nous fait parvenir le lien, qu'il en soit remercié.
Liaison RN106 – RN113 et A9 : Contournement Ouest de Nîmes

Contexte :

La RN106 entre le carrefour avec la RD907 au nord et l’autoroute A9 au sud constitue actuellement le seul axe structurant permettant de relier Alès et son bassin à l’autoroute A9 à Nîmes et d’assurer également les fonctionnalités de boulevard urbain pour l’agglomération nîmoise.
Ainsi, le boulevard Ouest de Nîmes que constitue l’actuelle RN106 dans sa traversée de Nîmes (environ 7,2 km entre les carrefours RN106/RN113/A9 et RN106/RD907/RD926) supporte à ce jour selon les sections jusqu’à 40 000 véh/j entraînant de fortes congestions en milieu urbain et des problèmes de sécurité aux différents carrefours.

Description générale du projet :

Avec la réalisation du contournement Ouest de Nîmes, les usagers bénéficieront d’une nouvelle infrastructure pour assurer la liaison entre la RN 106 (carrefour RD907) au nord et la RN113 et l’autoroute A9, au sud.
Long d’environ 12 km, le Contournement Ouest de Nîmes est envisagé d’être aménagé à terme à 2x2 voies entre la RN 106 et l’A9 avec création depuis la RD 40 d’un barreau autoroutier (avec une nouvelle barrière de péage) vers l’A9 et d’un barreau routier à 2x1 voie vers RN113 (au niveau de l’actuel giratoire Est de Milhaud).
Le projet routier propose donc de dévier la RN 106 par un tracé neuf situé à l’ouest de la zone urbaine de la ville de Nîmes. L’actuelle RN 106 ainsi délestée du trafic de transit pourrait alors faire l’objet d’une réappropriation urbaine (avec notamment l’utilisation d’une partie de sa plate-forme routière pour les transports en commun et modes doux).

Interface avec les autres projets du secteur :

En plus de répondre à un objectif de séparation du trafic de transit et de trafic local pour laisser à la voie actuelle son plein rôle de voirie locale, le futur Contournement Ouest doit s’articuler avec les projets du secteur pour garantir un bon fonctionnement urbain de l’Ouest de Nîmes.

Ainsi, le tracé du contournement Ouest devra répondre à des objectifs suivants :
- desserte des zones urbaines ‘porte Nord’ et ‘porte Ouest’, en projet, portées par la Ville de
Nîmes.
- liaison vers la future déviation nord de Nîmes, portée par le CG 30.
- échanges avec le réseau secondaire (la RD999 et la RD40) afin d’assurer une diffusion des trafics vers les principales pénétrantes et les pôles d’échange de l’agglomération.
- raccord à la future RN 106 * à 2 x 2 voies.

À noter : ce projet génère une forte mobilisation locale finalisée par un protocole d’intention signé par les présidents du CG30 et des deux agglomérations et transmis à Monsieur le Ministre en juillet 2013 dans l’objectif de soutenir le projet et son inscription au contrat de Plan Etat-Région (CPER) 2014-2020.

* plus au nord, la RN 106 est réalisée à 2x2 voies entre Alès et La Calmette sud, soit environ 28 km. Le parti d’aménagement de la RN 106 prévoit la mise à 2x2 voies de la section restante entre La Calmette et le nord de Nîmes au niveau du RD 907.

Situation administrative du projet

Le Contournement Ouest de Nîmes a été envisagé dans le cadre du Dossier de Voirie d’Agglomération de 1999. Ce projet d’aménagement a fait l’objet ensuite d’un arrêté de prise en considération préfectoral en date du 20 juillet 2005 qui a défini un périmètre d’étude.
Ce périmètre d’étude est reporté, à titre d’information, sur les documents graphiques des plans d’occupation des sols et plans locaux d’urbanisme des communes de Nîmes, Caveirac et Milhaud.
A ce titre, toute demande d’autorisation concernant des travaux, constructions ou installations sur cette bande d’étude doit au préalable avoir été soumise à l’avis du représentant de l’État dans le département en vertu des dispositions de l’article L111-10 du code de l’Urbanisme. Ce projet est en outre cohérent avec le Plan de Déplacement Urbain de l’agglomération de Nîmes.

Le Ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie en charge du programme de développement et des investissements sur les infrastructures routières du réseau national, a décidé en 2008, la reprise des études du Contournement Ouest de Nîmes.

Avancement des études :

Des études ont été menées par la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement Languedoc-Roussillon (DREAL LR) pour rechercher des variantes possibles en tenant compte des contraintes du site, notamment environnementales (et sans forcément se limiter au périmètre défini initialement en 2005).
Des comités techniques se sont réunis en 2009 et 2010 avec l’ensemble des acteurs locaux (communautés d’agglomération de Nîmes et Alès, ville de Nîmes, ville d’Alès, communes de Caveirac et Milhaud, Conseil Régional Languedoc-Roussillon, Conseil Général du Gard, Agence d’Urbanisme, Autoroutes du Sud de la France, Chambres de Commerces et d’Industrie, Schéma de Cohérence Territoriale, Direction Départementale des Territoires et de la Mer du Gard, Agence Régionale de la Santé, Direction Régionale des Affaires Culturelles Languedoc-Roussillon, ,... ) de manière à partager entre ces différents partenaires, le diagnostic du territoire concerné ou impacté.
Suite à ces études et au dernier comité tenu en mai 2011 avec l’ensemble des acteurs, un dossier de comparaison des variantes dans lequel un parti d’aménagement et plusieurs tracés sont envisagés a été proposé en 2011 aux services du Ministère en charge des transports.
Depuis, des études complémentaires permettent progressivement d’affiner les variantes de tracé pour optimiser l’intégration dans le site et les raccordements, en particulier avec A9.

Suites / Planning :

Aujourd’hui, avec une nouvelle organisation de la programmation des opérations routières de l’État, la DREAL LR attend une confirmation de l’inscription de cette opération à la prochaine programmation pluriannuelle (2014-2020)
Dès cette confirmation, la prochaine étape sera de constituer un dossier de concertation - du type L300-2 au sens du code de l’environnement - qui permettra d’arrêter une variante et d’organiser une concertation publique en vue de présenter les différents aménagements étudiés et de recueillir les observations des riverains, administrations, collectivités et organismes concernés.
Cette phase sera suivie d’une enquête préalable à la Déclaration d’Utilité Publique du projet.
Dans ce cadre, des études complémentaires seront alors nécessaires pour caractériser plus finement le tracé retenu, déterminer l’emprise nécessaire aux travaux et réaliser les enquêtes parcellaires nécessaires à l’acquisition des parcelles touchées.
Les études de détails préalables aux travaux permettront de mesurer le plus finement possible les impacts du tracé déclaré d’utilité publique et si besoin de protéger le milieu environnant selon la réglementation en vigueur (et réaliser, s’il y a lieu, notamment des protections acoustiques, des mesures compensatoires au titre des espèces protégées).
N/B : C’est donc cette dernière procédure qui permettra de définir précisément l’ensemble des parcelles impactées et d’informer les propriétaires concernés.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

RAYMOND 01/09/2014 12:20

des paroles en l'air, pertes de temps et tjrs rien de nouveau à l'ouest ( de Nimes).

Annie 16/08/2014 15:27

Autrement dit : rien de nouveau sous les chênes verts de notre garrigue, mais la menace plane toujours.

didier 16/08/2014 14:36

Cet article est un non-évènement et ne sert à rien! Tout ce qui y est écrit est disponible depuis plusieurs mois sur différents sites et ne nous apprend rien de nouveau. On attend, on attend, et on attend... C'est un peu comme pour la fibre optique: On lâche quelques infos banales de temps en temps pour faire patienter le peuple...