Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par VILLEVERTE

Midi libre

Vu dans midi libre du 3 ami 2013

Patrick Burté, chef du service Infrastructure et transports multimodaux à la Direction régionale environnement, aménagement, logement (DREAL), répond aux opposants au pont du paratonnerre, sur la RN 106.

Sur la question de la réduction de taille du projet, passant de 46 à 30 mètres : "Nous étions partis sur un projet très ambitieux, indique M. Burté. Mais quand nous sommes entrés dans les études détaillées, nous avons rencontré des contraintes complémentaires : des problèmes géotechniques inhérents à la nature des sols, hydrauliques en raison de la loi sur l’eau. Cela n’a rien d’exceptionnel. C’est la vie normale d’un projet. Or, ces contraintes étant plus coûteuses, nous avons dû trouver un équilibre financier qui ne remette pas en cause la fonctionnalité du projet, dont tous les points forts ont été conservés."

Un projet à 8,5 millions d'euros

A propos du montant des travaux, qui lui a augmenté : "Le coût de 5,75 millions d'euros en 2006 doit être actualisé en fonction de l’indice des travaux publics (26% environ), ce qui correspond a 7,3 millions d'euros, détaille M. Burté. Aujourd’hui, on a fixé une enveloppe à 9,5 millions pour intégrer les actualisations à venir. On pense boucler le projet à 8,5 millions. Ce qui fait une différence de 1 million.
Elle s’explique par une évolution de la réglementation, les contraintes géotechniques et les améliorations que nous avons apportées au projet, notamment les cheminements piétons."


Voir l'article sur midilibre.fr : http://www.midilibre.fr/2013/05/03/nimes-l-etat-repond-aux-opposants-du-pont-du-paratonnerre,689968.php

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

LEMAIRE 05/05/2013 22:06

Cela ne suspend aucunement le dernier recours de l'ASPIQ. La direction actuelle du comité de quartier doit répondre aux questions fort justement posées dans ce blog sur ce sujet. Ignore-t-elle l'existence de ce réseau social qu'elle a, fort judicieusement, mis en place ?
Gilles LEMAIRE