Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par VILLEVERTE

Vu dans Midi libre ce jour,

L'association remonte au créneau alors que les travaux du pont sur la RN 106 démarrent

Le feuilleton "Paratonnerre" continue sur la RN 106, alors que le fameux pont est entré en phase de démarrage des travaux. L’Aspic (association pour les initiatives collectives de l'Agglo), qui aurait préféré que l’État choisisse entre une porte paysagère sur la ville ou la traversée aérienne d’un pont léger, plutôt qu'une "masse de béton architecturée", ne lâche rien.

Aujourd'hui, l’association souhaite un décompte de l’argent public engagé dans cette opération : "L’État doit remplir son engagement de transparence sur les marchés de travaux passés sous sa double responsabilité."

La pointe nord des Espeisses ouverte

L’Aspic promet la plus grande vigilance sur le devenir de la pointe nord du bois des Espeisses. "Une création de village fermé “gate community” serait inacceptable." Son objectif : soit un écoquartier, soit un parc ouvert au public.

Une plainte en diffamation ? "Une pure indignité"

L’Aspic ayant vivement contesté ces deux projets, Jean-Paul Fournier a porté plainte pour diffamation contre Maurice Delmas, le président d’alors (remplacé depuis par André Bruston). "C’est une pure et simple indignité de tenter d’envoyer devant les juges un concitoyen dont tout Nîmes connaît l’intégrité. Nous condamnons avec force l’attitude d’un élu qui tente ainsi de bâillonner une parole indépendante, au mépris du débat démocratique."

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

gemo30 05/05/2013 08:56

ASPIC ou Collectif contre le pont...même combat !
Ces gens-là n'habitent pas le quartier et se posent en justiciers intéressés seulement par la manifestation de l'Orthodoxie et de la Vérité, alors que ce sont simplement de farouches opposants à la municipalité actuelle.
C'est leur droit le plus absolu que de penser autrement.
Mais les habitants et contribuables du quartier ont aussi le droit imprescriptible de vivre en sécurité et ne pourront admettre longtemps encore de se trouver pris en otage dans des manoeuvres douteuses à caractère politicien.
Le comité de quartier de Villeverte aurait dû prendre en compte cette question depuis longtemps (au lieu de dilapider en frais d'avocat le montant d'un an de subvention municipale pour ester contre la municipalité dans le dossier du mur de la route d'Alès qui ne le concerne pas) et être le fer de lance de la lutte contre ces agissements préjudiciables aux habitants du quartier et à tous les nîmois (voir le surcoût du pont pour la collectivité à l'issue de 10 ans de recours abusifs et dilatoires)

Didier Gourdou 03/05/2013 13:31

Je pense que le comité de quartier doit être davantage incisif sur ce dossier. Le comité s'est engagé dans le combat contre le tristement célèbre "mur de la route d'Alès", pourtant en dehors du quartier, avec des résultats et des conséquences sur lesquels il est inutile de revenir. Le carrefour du paratonnerre concerne au premier plan le quartier de villeverte-paratonnerre-hauts de nimes et il me semble qu'il soit nécessaire de sortir d'une certaine neutralité, pour ne pas dire passivité. Il pourrait par exemple être utile de faire savoir à l'Aspic la position des habitants du quartier, après une consultation de ceux-ci, et inviter ces désoeuvrés de l'Aspic à s'occuper de leurs affaires et pas de celles du voisin, surtout s'il ne leur a rien demandé!! Une fois de plus, tout ceci sent bon le réglement de comptes politique. Mais il ne faut pas que les habitants du quartier soient les dindons de la farce et les victimes d'une guéguerre qui ne les concerne pas. Il est temps de se bouger. Quand il sera trop tard, se lamenter ne servira à rien. Il faut agir maintenant.

LEMAIRE 02/05/2013 22:45

Il est urgent que le comité de quartier prenne position sur cette affaire. Pour ou contre cette nouvelle démarche de l'Aspiq ? Que faut-il faire en conséquence car tout le quartier de Villeverte est directement concerné ?
Gilles LEMAIRE

Ferrier 02/05/2013 19:08

C'est surréaliste!!!

Cela fait des années et des années que nous sommes confrontés à cette situation!

Après le collectif du paratonnerre voici l"ASPIC dans le retour2...

Et les habitants du quartier ils comptent pour quoi dans toutes ces guéguerres intestines...

Peut-être que le Comité de quartier pourrait se prononcer sur l'impérieuse nécessité de sécuriser ce carrefour aussi dangereux!!!

Marc FERRIER